In the mood for Wong Kar-wai

Tant qu’il nous reste l’art et l’amour, il nous reste l’essentiel… ce sont à peu près les mots de cette personne chère à mon cœur qui résonnent en moi et qu’il faut tenter de faire résonner encore et encore et toujours plus fort, en ces temps d’inconfort.

Deuxième étape sur la route des expos où je me suis arrêtée avant la fermeture des galeries, la condamnation de ces puits d’infini où la vie se fige et défile au fil des photographies et autres façonnages créatifs de l’esprit : l’exposition ‘In the mood for Wong Kar-wai’ à la Galerie Cinéma 3, réquisitionnée pour l’édition du Festival Lumière de cette année.

À l’image du chef-d’œuvre du cinéaste hongkongais, ‘In the mood for love’, le drame de l’amour impossible, l’exposition ‘In the mood for Wong Kar-wai’ présente davantage une atmosphère qu’une intrigue.

* Galerie Cinéma 3 (Lyon 1), Institut Lumière  ~ ‘In the mood for Wong Kar-wai’   
* Tirages : Labo Photo Lynx

Pas à pas à travers la galerie, alors qu’il longe les murs décorés de nombreuses photographies, le spectateur traverse le temps. De As Tears Go By (1998) à The Grandmaster (2013), les images accrochées retracent le chemin cinématographique de Wong Kar-wai, incarnation du renouveau du cinéma de Hong Kong et d’Asie.

Toutes forment une somme d’instants de vie morcelée, qui dénote la mélancolie des souvenirs et des désirs passés. Le tout est re-conjugué au présent le temps de cette exposition et dévoile une sorte de songe urbain, où le temps passe et la beauté des gestes trépasse le confinement des cadres qui enferment les mots et les sentiments. Les instants immobilisés revivent sur le papier et soulignent les pas sur les trottoirs mouillés par la pluie et éclairés par les lumières de la nuit, les cigarettes qui s’allument et embrument l’espace, les caresses furtives, les regards en coin, les âmes qui se voient de loin… en substance, tout l’indicible qui survient.  

Avec sa caméra toujours cachée derrière les rideaux ou dans les placards, dissimulée toujours quelque part, le cinéaste du moment présent, Wong Kar-wai, offre à voir l’intrinsèque de l’humanité à travers l’intime et le sublime de l’immédiateté.

Avec l’enchaînement des photographies, le temps qui s’est enregistré sur ses bobines se poursuit ou bien revit. Et chaque image rend une nouvelle seconde qui passe plus subtile et délectable que celle qui s’est déjà enfuit, adoucit la fuite de l’instant en le ramenant au présent – morceau manquant par morceau manquant.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close Me
Looking for Something?
Search:
Product Categories:
Post Categories: