Poltred : la Maison de la Photographie à Lyon

*Disclaimer : l’enveloppe a été offerte par Hotels.com ; cependant toutes les opinions exprimées dans ce billet sont les miennes.

L’heure de rouvrir nos frontières personnelles, de repartir, de s’émerveiller de nouveaux lieux n’est bientôt plus qu’à la portée d’une main, d’un dessein. Nous serons bientôt à nouveau comme ces oiseaux voyageurs – explorateurs des rues et chercheurs de secrets. Nous ne volerons peut-être pas encore à l’autre bout du monde, mais nous flânerons un peu plus loin qu’il ne nous l’aura été permis jusqu’à aujourd’hui.

Au sein de l’Hexagone, des destinations par centaines : des villes et des villages à jamais méconnus, qu’il est temps d’aller découvrir ou re-découvrir, des lieux qu’il faut aller apprendre et réapprendre… Bordeaux, Nantes, Montpellier, Toulouse, Marseille, au même titre que les écrins nichés au coeur des régions Bourgogne, Franche-Comté, Poitou Charente, Alsace-Lorraine ou encore en Bretagne ou en Vendée pour les amoureux invétérés de l’Atlantique, les diamants bruts du territoire ne manqueront pas d’inspirer des vacances d’été au goût si particulier cette année – avec notamment des mesures sanitaires hors-normes pour tous les voyages, y compris les plus courts.

Quelque soit l’échappée estivale, elle sera la bienvenue après ces derniers mois sans vigueur ni fureur de vie…

Première destination : Lyon.

Redevenue ma maison après quelques années d’absence et une expérience outre-Manche, cette ville tient en son cœur un endroit qui m’est tout particulier et cher, un endroit unique, un abri aussi. Poltred, le concept store de la photographie à Lyon, a été l’une de mes premières et plus belles découvertes depuis mon retour.

Ce billet, je voudrais le livrer comme une invitation. Une invitation à reprendre la route, à venir passer une nuit ou quelques-unes dans l’un des magnifiques hôtels qui jonchent cette ville, à l’explorer, à apprendre ou réapprendre à regarder, à capturer les lumières qui l’animent – à lire les histoires cachées des lieux qui font battre le cœur de ce coin de France que l’on appelait autrefois Lugdunum.

Ce billet est une invitation à venir découvrir Lyon et un de ces lieux qui la font vivre et respirer.

Mais avant de partir, il me semble important de revenir quelques pages en arrière dans mon histoire à moi, pour comprendre pourquoi Poltred est aussi un de ces lieux qui font partie de ma vie et fluidifie l’air qui traverse mes poumons.

Une image contenant assis

Description générée automatiquement

Mon histoire avec la photographie

La photo, ça m’est tombé dessus un peu comme ça. Très jeune d’abord, enfant, quand je m’amusais avec le KODAK jetable que l’on emportait en vacances. Et puis plus tard, quand mon papa m’a mis son réflex entre les mains.

C’était le temps de l’adolescence. Je détestais presque tout de moi et je ne me sentais pas à ma place – dans mon corps, dans le monde – toujours ailleurs, toujours à l’écart, souvent triste.

C’était le temps où l’école m’avait fait, à coups de stylo rouge et de claques calligraphiées, perdre confiance en ma plume et mon goût pour l’écriture – alors qu’elle était ma façon d’exprimer le beau et puis les maux aussi sans devoir parler, ma façon de m’échapper, d’adoucir les secousses de cette hypersensibilité qui, face à ce monde, me laissait terrifiée.

C’était le temps de ma première rencontre avec la photographie. J’avais besoin de trouver la lumière, de la capturer, de l’écrire. Et un boîtier noir entre mes mains, j’y suis arrivée. Je venais de trouver un nouvel outil d’expression qui me comprenait, qui parlait à mon émotivité.

Pendant des années, je n’ai pas vraiment écrit avec les mots ; j’écrivais avec des photos.

Plusieurs fois, la photographie m’a sauvée et, petit à petit, rapprochée de l’écriture. Je crois même qu’elle l’a rendue plus précise, plus incisive, plus émotive. À travers mon objectif, il n’y a toujours eu qu’un seul mot : l’espoir. Aujourd’hui je roule jusqu’aux étoiles, mon boîtier noir autour du cou, et devant moi, mille et une trajectoires…

La dernière route empruntée me conduit à Lyon, où mon histoire avec la photographie se poursuit et se construit encore et toujours plus chaque jour. Ici, je lui ai trouvé une maison, un cocon, qui s’appelle Poltred.

Une image contenant assis

Description générée automatiquement

Poltred, le cocon de l’art photographique à Lyon

Ouvert il y a à presque deux ans, le 13 septembre 2018, Poltred est connue comme la Maison de la Photographie dans la capitale des Gaules, et le tout premier concept store dédié à la photo en France.

Si je n’avais que trois mots à poser sur le papier pour décrire Poltred, j’userais ceux-ci :

« photographie », « famille », et « mise en lumière ».

Comme toutes les belles histoires, Poltred c’est d’abord une rencontre, celle de deux amoureux – Pauline et Julien. Amoureux de photo et amoureux dans la vie.

« Galerie nouvelle génération », Poltred (qui signifie « portrait » en breton – clin d’œil aux origines de Julien) est un lieu hybride ayant pour cœur une galerie, où le mot roi est « l’innovation ». Derrière la porte du 54 cours de la Liberté dans le 3ème arrondissement de Lyon se cache un lieu cosy, épousé par des murs de pierre et une déco qui respire le calme – elle est arborée de plantes vertes, de mobilier chiné, et complémentée par un troquet où sont servies boissons fraîches, boissons chaudes et gourmandises variées.

En arrivant au rez-de-chaussée, on découvre les expositions solos temporaires de photographes connus ou émergents, découverts par les deux co-créateurs et encore jamais exposés à Lyon. L’étage est, quant à lui, réservé aux expositions collectives qui fonctionnent sur le principe du dépôt-vente, et regroupe uniquement les travaux de diamants bruts locaux. En s’immergeant toujours plus loin dans le lieu, on passe par son échoppe, où se vendent matériel photo et goodies divers (boîtiers et objectifs argentiques, pellicules couleurs et noir & blanc, papier photo, etc.). Et puis tout au fond, il y a ce coin tout particulier : une bibliothèque remplie de livres photos appartenant à Pauline et Julien, de bibelots et de vieux appareils. Et puis tout près, un piano en bois adossé contre le mur au papier peint vintage, gorgé de clins d’œil photographiques et de références lyonnaises.

« Rendre l’invisible visible ». Au temps du brassage de masse d’images sur les réseaux sociaux, Poltred déniche les perles rares et les met en lumière. L’idée étant de « montrer de la photo et de la démocratiser » explique Julien, co-créateur du concept store.

Poltred est un lieu évolutif, où la scénographie et l’aménagement s’adaptent à chaque nouvelle exposition pour venir l’épouser et la porter d’une manière riche de sens et significative. Mais plus que tout, il s’agit d’un lieu où l’on se sent chez soi – comme en sécurité quelque part

Chez Poltred, il y a aussi, de la même façon que dans une photographie, tout ce que l’on ne voit pas et qui est pourtant bien là. Ce que l’on ne voit pas, c’est notamment une agence de photographes, un espace de travail consacré au numérique et un labo pour le développement et le tirage de photos argentiques, et puis des cours de photographie pour débutants et photographes plus confirmés – mais dans tous les cas, passionnés.

Une image contenant assis

Description générée automatiquement

FOCUS • les cours et ateliers photo à la Maison de la Photographie

Animés par des professionnels, la palette de cours et ateliers photo chez Poltred s’étend de l’initiation au workshop plus spécifique, en passant par une offre de lecture de portfolio. L’objectif étant toujours le même : apprendre la technique sous tous les angles pour s’en affranchir, et peu à peu développer et aguerrir son propre œil de photographe – et toujours dans un cadre ludique et bienveillant.

• Le cours d’initiation à la photographie

C’est le premier atelier auquel j’ai assisté chez Poltred. Le cours, animé par Julien, le co-fondateur du lieu, consiste en deux heures de pratique, précédée d’une introduction plus théorique (histoire, notions de lumière et d’optique, bases sur l’ouverture, la profondeur de champs, la vitesse, la composition, etc., réglages de son appareil photo) au monde et à l’histoire de la photographie. L’approche en entonnoir de ce cours, partant des origines de la discipline à l’exécution des gestes de base, permet de balayer les fondamentaux pour réussir une bonne photo avec son appareil.

€ • 40 euros

• Le lomowalk en partenariat avec Lomography France

Conduit par l’auteur-photographe, Virgil Roger, le lomowalk emmène un petit groupe en promenade dans les rues de Lyon pendant environ trois heures, avec à l’honneur la photographie argentique monochrome.

Cette balade photo, proposée dans le cadre d’un partenariat entre les équipes de Poltred et celles de Lomography France, est l’occasion de découvrir ou redécouvrir Lyon à travers le test de pellicules et objectifs argentiques Lomography®, et de bénéficier des conseils d’un professionnel sur les notions élémentaires d’ombre, de lumière, et de composition géométrique.

€ • 10 euros

• L’atelier cyanotype

Animé par le photographe lyonnais, Noël Podevigne, l’atelier cyanotype se déroule sur une journée au sein de la Maison de la Photographie. Grâce à une technique remontant aux débuts de l’histoire de la discipline, ce workshop « du pixel à l’estampe » consiste à expérimenter le passage de la prise d’une photo à la création, par soi-même, d’une image unique sur papier.

Après une rapide présentation de l’histoire et du procédé, la journée est consacrée à la production de cyanotypes à partir de ses propres photos.

€ • 100 euros TTC (fournitures comprises : papiers, produits, etc.)

• L’atelier tirage noir & blanc en laboratoire 

Précédé par une initiation au développement noir & blanc le matin, l’atelier tirage occupe la deuxième partie de journée et propose un apprentissage des techniques du tirage argentique de A à Z pour savoir faire par soi-même ; il balaie les pratiques fondamentales en chambre noire pour tirer un négatif sur papier à l’aide des différents produits chimiques et cuves de travail.

€ • 85 euros TTC (pour la demi-journée)

• L’atelier Polaroid

Animé par le photographe, Alain Guillemaud, l’atelier Polaroid est consacré à l’étude des bases pour réaliser des portraits sur films instantanés en noir et blanc. Le workshop donne aussi l’occasion de travailler les techniques créatives, comme le transfert d’émulsion sur feuilles cartonnées, la récupération du positif transparent, etc.

€ • 90 euros

• Le cours photo à la carte en one-to-one

Destiné aux débutants comme aux photographes plus confirmés, le cours à la carte permet de définir son propre programme (technique photo, post-production, etc.) pour se perfectionner sur les points où l’on souhaite avancer grâce aux conseils et avis d’un professionnel.

€ • 60 euros

• Les lectures de portfolio

Les lectures de portfolio se déroulent le premier samedi après-midi de chaque mois au concept store. L’idée est d’apporter ses clichés et de recevoir les retours constructifs de deux professionnels de la photographie aux yeux aguerris, membres de l’agence Poltred.

L’objectif : faire évoluer son regard sur son propre travail et perfectionner sa pratique de la photographie.

€ • 5 euros

POLTRED • INFOS PRATIQUES

Adresse : 54 Cours de la Liberté, 69003 Lyon

Site web : https://www.poltred.fr/

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close Me
Looking for Something?
Search:
Product Categories:
Post Categories: