L’air de la Vendée

in English 

Holidays in Vendée could be summed up with these 7 emojis: 🌊✨🍦🚲🌲☀️📸 – the ocean and its purified air, the starry nights and my enthralled eyes, ice creams enjoyed sat on a rock on the beach, a bike, pine trees that smell of the sweet holidays, the sun and its rays nearly burning my skin, and my camera always around my neck.

For two weeks, this part of France made me crave for only one thing: unplugging. Unplugging myself from everything and mostly from social media. With a job that requires me to be more than present and active, I truly needed a “back to basics” break. So for two weeks, days were coming one after the other and were fairly similar, but weren’t in case monotonous. I was waking up rather early in the morning – it’s a habit I have a hard time letting go of, even on holidays – and I was starting and also very often ending my day with a stroll on the beach, my feet in the sand along the ocean.

 

This is when I like it best…

This is how I like the beach…

At the time when the sun rises,

and when it sets.

When there isn’t anyone left,

no more noises,

only the lapping of the waves coming to crash on the shore,

and bringing back such beautiful shells.

I like the beach when I am wrapped in its immensity,

its sand, still cool,

or still a little warm,

and its salty sea air.

I like it at that time when it breathes,

when the world is still sleeping,

when its grains of sand haven’t yet been trodden on, and the water of its ocean remains untested.

This is how I like the beach.

Very simply.

 

In the afternoon, the beach didn’t look the same. Moments spent there weren’t any less good, they were just different. Once some denim shorts and a striped tee put on above my swimsuit, my fouta towel and a Katherine Pancol novel in my backpack, I was riding towards the beach.

These afternoons by the ocean made me nostalgic about my childhood but very happy at the same time! When I took a few kilometre-long strolls, my feet walking in the ocean, I could hear bits and pieces of conversations here and there – it was a little like collecting pieces of stories the way you’d collect shells — at random, without really thinking about it, when suddenly… you find a little treasure. I remember this day when one of those stories particularly touched me; there was this small boy called Martin, who, dressed as a proper summer adventurer, I had heard say to his father: “Dad! You coming? We’re collecting shells!”, and the father chatting and watching his boy at the same time had replied: “I’m looking, I’m looking, Martin! It’s all I’m doing!” It had just been a few words, some concrete simplicity that had come to draw the biggest smile on my face.

Sometimes, when I didn’t feel like basking in the sun, I was going for a bike ride along the ocean, breathing the sea air, and stopping for a while at times to admire the view – lost in my thoughts, I found peace in doing that. “It doesn’t take everything to make a world. It takes happiness, and nothing else,” French poet Paul Eluard once wrote, and this is so true. And sometimes happiness didn’t take much and depended on so little… a sun that was shining, flowers adorning houses’ walls, and people smiling.

This rented bike was the wind of my freedom during those holidays. I got so attached to it that I even gave it a name: Lucette. She’s been my bestie during those two weeks at the end of July. She was old and a little rusty, and had me crashed more than once, but still took me anywhere I wanted to go! After years of good and loyal service by a Parisian family who had they holiday home in La-Tranche-sur-Mer, she knew all of the little roads along the ocean & top-secret spots for the best views better than anyone!

When, very often, my solitary soul was taking over, I was getting on my bike and riding on my own. Just like that. On a whim. Because I needed to move. And breathe a different air. I was going to the town centre to have a quick lunch at the Slice Café, and discover some super nice shops, where I bought a few things, like at Frida, Saveurs du Monde, and at the Charroux Candles boutique. And some afternoons, after hours spent reading on the beach or walking along the Atlantic, I was stopping at Le Paradis Glacier for a strawberry & basil iced tea, and sometimes, I was even challenging myself to go eat an ice cream at Les Isles. After so many bitter difficulties and defeats during those holidays, these two iced afternoon snacks tasted like such beautiful victories! Sat on a rock, there, right by the ocean, it was me and this cone with a scoop of vegan almond ice cream and a second scoop of raspberry sorbet for the first snack. And then on this wooden bench, on a small street another day, I was there, looking at the people passing by, with my second little pleasure of the holidays – a hazelnut and white chocolate cone. George Bernard Shaw was once saying, “If you can’t get rid of the skeleton in your closet, you’d best teach it to dance.” I wasn’t and I may still not be able to get rid of my anorexia just yet, but this summer I’ve been teaching it to dance, with ice creams, and even with a vegetarian wild garlic tofu burger at Blue Mob. These were moments just for me, but also solitary battles. After each last spoonful, my heart and my body claimed victory. It was beautiful, so beautiful! – but above all, it was good!

Some destinations could however not be reached riding a bike; it was notably the case of Les Sables d’Olonne, which I discovered on a rainy day; sheltered by a grey sky, the town nevertheless lost none of its charms. And there was the unavoidable Île de Ré, where we stopped at the charming port town, Saint-Martin-de-Ré and later at the lighthouse Phare de la Baleine.

Two weeks were so quickly gone and without realizing it, my suitcases were in the car boot, and I was already getting ready to go on one last wander along the ocean, the wind in my hair smelling of henna, the sun heating up my neck, my arms, my legs and my face too, the scent of pine trees, of sand, the sweet noise of the waves beaching on the shore, the calm and the contrast of the tourists’ agitation, of the shops and bikes bustling about… this last meander was also the one thousand and one flavours of ice cream before my eyes, the tastiness of crepes, of waffles and of churros, a last grand crème on the terrace of a café, the colourful little windmills and shutters of the houses of Vendée… well, the taste of holidays, for a few instants more.

La Grière beach at dusk

La plage de la Grière au coucher du soleil 

  
  
  

Les Sables d’Olonne

 

en français

Les vacances en Vendée pourraient se résumer à ces 7 emojis : 🌊✨🍦🚲🌲☀️📸 – l’océan et son air purifié, les nuits étoilées et mes yeux émerveillés, quelques glaces dégustées assise sur un rocher, une bicyclette, des pins qui sentent bon les vacances, le soleil et ses rayons qui brûlent presque ma peau, et mon appareil photo toujours autour du cou.

Pendant deux semaines, ce coin de la France m’a donné une seule envie : déconnecter. Me déconnecter de tout et surtout des réseaux. Avec un métier qui demande d’être toujours on ne peut plus présente et active, j’ai vraiment eu besoin d’une pause « retour à l’essentiel ». Alors pendant deux semaines, les journées se suivaient et se ressemblaient assez, mais en aucun cas ont été monotones. Je me levais le matin toujours assez tôt – c’est une habitude que, même en vacances, je n’arrive pas à perdre – et puis je commençais et terminais aussi souvent ma journée par une balade sur la plage, les pieds dans le sable le long de l’océan.

 

C’est à ce moment-là que je la préfère…

C’est comme ça que je l’aime, la plage…

A l’heure où le soleil se lève,

et au moment où il se couche.

Quand il n’y a plus personne,

plus un bruit,

seulement le clapotis des vagues qui viennent s’échouer sur la plage,

et ramener de si beaux coquillages.

La plage, je l’aime quand elle m’enveloppe dans son immensité,

son sable encore frais,

ou toujours un peu chaud,

et son air iodé.

Je l’aime à cette heure où elle respire,

à cette heure où le monde dort encore,

où ses grains de sable n’ont pas encore été foulés ni l’eau de son océan goûtée.

La plage, je l’aime comme ça.

Tout simplement.

 

L’après-midi, la plage n’avait pas la même figure. Le temps n’en était pas moins bon, il était juste différent. Une fois un petit short en jean et une marinière enfilés au-dessus du maillot de bain, ma fouta et un roman de Katherine Pancol dans mon sac à dos, je partais à bicyclette direction le chemin de la plage.

Ces après-midis au bord de l’océan me rendaient nostalgique de mon enfance, et puis si heureuse à la fois ! Quand je me promenais sur quelques petits kilomètres, les pieds dans l’eau, j’entendais des bribes de conversations ici et là – c’était un peu comme ramasser des morceaux d’histoires comme on ramasserait des coquillages — au hasard, sans trop y penser quand soudain… on tombe sur un petit trésor. Je me rappelle cette journée, où l’une d’entre elles m’avait particulièrement touchée ; il y avait ce petit garçon nommé Martin, un véritable aventurier de l’été, que j’avais entendu s’exclamer à son papa : « Papa ! Tu viens on cherche des coquillages ! », et le papa, en train de discuter et de surveiller son petit bonhomme lui avait répondu : “Je cherche, je cherche, Martin ! Je ne fais que ça !” Ça avait été quelques mots seulement, une simplicité concrète qui était venue dessiner le plus grand des sourires sur mon visage.

Parfois, quand l’envie de se dorer la pilule n’était pas là, je partais en balade en vélo au bord de l’océan, respirer l’air marin, et m’arrêter de temps à autre admirer le paysage – plongée dans mes pensées, j’y trouvais comme un apaisement. “Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur, et rien d’autre.” écrivait Paul Éluard, et c’est si vrai. Et parfois le bonheur ne tenait à un rien et dépendait de si peu de choses… un soleil qui brillait, des fleurs qui ornaient les murs des maisons, et des gens qui souriaient.

Cette bicyclette louée était le souffle de ma liberté de ces vacances. Je m’y suis même tellement attachée que je lui ai donnée un nom : Lucette, la bicyclette. Elle a été ma meilleure amie pendant ces deux semaines fin juillet. Elle était vieille et un peu rouillée, et m’a fait tomber plus d’une fois, mais elle m’emmenait n’importe où je voulais aller ! Après des années de bons et loyaux services à une famille parisienne qui avait sa maison de vacances à La Tranche-sur-Mer, elle connaissait mieux que quiconque tous les petits chemins qui longeaient l’océan et les endroits tops secrets pour avoir les meilleures vues !

Mon âme solitaire prenant bien souvent le dessus, j’enfourchais mon vélo et partais toute seule. Comme ça. Sur un coup de tête. Parce que j’avais besoin de bouger. De changer d’air aussi. Je descendais alors au centre-ville prendre un déjeuner rapide au Slice Café, et puis découvrir quelques très jolies boutiques, où j’ai d’ailleurs fait quelques emplettes chez Frida, Saveurs du Monde, et à la boutique des Bougies de Charroux. Et puis certaines après-midis, après des heures à lire sur la plage ou bien à me balader, je m’arrêtais boire un thé glacé fraise & basilic chez Le Paradis Glacier, et parfois même je me défiais à aller manger une glace ches Les Isles. Après tellement de difficultés et de défaites amères pendant ces vacances, ces deux goûters glacés avaient le goût de si belles victoires ! Assise sur un rocher, là, au bord de l’océan, c’était moi et ce cornet de glace végane au lait d’amande et de sorbet à la framboise pour le premier goûter. Et puis sur ce banc en bois, dans une ruelle un autre jour, j’étais là à observer les passants, avec mon deuxième petit plaisir des vacances – un cône noisette et chocolat blanc. George Bernard Shaw disait, « Si vous ne pouvez pas vous débarrasser du squelette dans votre placard, mieux vaut lui apprendre à danser. » Je n’étais et ne suis peut-être pas encore capable de me débarrasser de mon anorexie, mais cet été je lui ai appris à danser, avec des glaces, et même avec un burger végétarien au tofu à l’ail des ours chez Blue Mob. C’étaient des moments rien qu’à moi et aussi des batailles en solitaire. Après les dernières bouchées, c’était mon cœur et mon corps qui criait victoire à chaque fois. C’était beau, si beau ! – mais surtout, c’était bon !

Certaines de ces balades de vacances n’ont cependant pas pu se faire en vélo ; c’était notamment le cas des Sables d’Olonne, que j’ai découvert sous un jour pluvieux ; abrité par un ciel tout gris, la ville n’en perdait rien de son charme. Et puis il y a eu l’incontournable île de Ré, où nous avons fait une halte à la charmante ville portuaire de Saint-Martin-de-Ré et puis au Phare de la Baleine.

Deux semaines, c’est si vite passé et sans que je m’en rende compte, mes bagages dans la voiture, je me préparais déjà pour une dernière balade près de l’océan, le vent dans mes cheveux qui sentaient le henné, le soleil qui chauffait mon cou, mes bras, mes jambes et mon visage aussi, l’odeur des pins, du sable fin, le bruit doux des vagues qui venaient s’échouer sur la plage, le calme et le contraste avec l’agitation des touristes, des commerces et des vélos qui s’affairaient… cette dernière balade c’était aussi les glaces aux mille et un parfums sous mes yeux, la gourmandise des crêpes, des gaufres et des churros, un dernier grand crème en terrasse, les petits moulins à vent et volets colorés des maisons vendéennes… le goût des vacances, quoi, pour encore quelques instants.

La Grière beach at dawn

La plage de la Grière au lever du soleil 

  

  

An afternoon at the beach…

Un après-midi à la plage…

Among the flowers…

Parmi les fleurs…

   

La-Tranche-sur-Mer beach at dusk

La plage de La-Tranche-sur-Mer au coucher du soleil

  

  

My hot spots in La Tranche-sur-Mer

Mes bonnes adresses à La Tranche-sur-Mer

Frida, La Tranche-sur-Mer

Les Bougies de Charroux, La Tranche-sur-Mer

Cap déco, La Tranche-sur-Mer

Violette et moi, La Tranche-sur-Mer

Les Secrets de Louison, La Tranche-sur-Mer

Saveurs du Monde, La Tranche-sur-Mer

Le Paradis Glacier, La Tranche-sur-Mer

Les Isles, La Tranche-sur-Mer

Blue Mob, La Tranche-sur-Mer

Le Slice Café, La Tranche-sur-Mer

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.