Murmure

Hey guys! Admittedly, this blog is – as you know – a very personal space where I share almost all the bits and pieces of my life, but it’s also a platform where I sometimes like to talk about very talented artists and creators of all kinds. So today, I’m handing over to one of my best friends Maelle, who is a very gifted filmmaker in the making, blooming with ideas which beautifully disclose her own personal story and views on the world.

For her first time here, she decided to share a recent video that I find mesmerising! It’s beautiful, powerful and deep, and I am honoured to publish it on my blog today! 

Please note that all of Maelle’s contributions will be written and/or filmed in French.

Loads of love ♥ Marie 

* * *

Screen Shot 2015-10-28 at 5.28.46 pm

Hi !

Aujourd’hui j’ai l’honneur d’écrire mon premier article sur OnMyWaybyMarie, et ça me réjouit de côtoyer sur cette plateforme ma très talentueuse amie Marie.

La vidéo qui suit a été inspirée par un texte que j’avais écrit, certainement dans mes moments d’égarement en cours. Pour la voir je me dois de vous expliquer le contexte de ce « tournage » assez particulier ! Il faisait très beau, un dimanche en Bourgogne, et j’ai été soudainement prise d’une idée de vidéo, simple et courte. Dotée de mon portable comme processus d’enregistrement, il ne me restait plus qu’à convaincre ma petite sœur, cette jeune actrice en herbe, de tourner ces images avec moi ! Autant vous dire que son enthousiasme m’a motivée encore plus et après un tournage où elle a su répondre à toutes mes attentes avec brio, je vous présente aujourd’hui le résultat de ce travail.

Je tiens à remercier au passage Valentine, une amie de la famille qui a participé à ce travail avec nous !

Je vous laisse les quelques lignes du texte dont la vidéo est tirée, une impression, un ressenti brutal que j’avais envie d’exprimer.

Il y a cette immensité blanche, lumineuse, pure et puissante. La surface lisse et froide s’impose à mon regard et je n’ai aucune échappatoire. Je la fixe, immobile, les jambes entravées dans un sol sec et gelé. Des mains glacées s’agrippent à mes tibias qui tremblent dans le silence. Un murmure grinçant glisse le long de mon bras inerte, son souffle maléfique s’insinue dans mon oreille et perce la défense de mon esprit faible. Il étouffe la petite lumière vacillante qu’il trouve là-bas dedans et la dissipe dans une explosion de douleur. Je sens ma peau se faire lacérer et les blessures ouvertes coulent du sang de la couleur de l’horreur. Les ténèbres se dessinent sur la blancheur immaculée, y déversant un torrent de boue noire et poisseuse, envahissant le monde de sa crasse et de son obscurité. Mon âme n’est pas épargnée, des éclaboussures atteignent ses ruines et s’y répandent comme de l’encre sur un buvard vierge, effaçant d’un coup de lame ses cris de désespoir, ses appels au secours et ses larmes de supplication. La coquille vide que je suis se casse comme un vieil objet en bois fragile qu’on aurait oublié dans un coin depuis des années, les fissures deviennent des plaies béantes impossibles à recoudre. Tout se craquelle, se brise, se disloque et s’écrase brutalement sur le sol sombre, perdu à jamais dans ce vide qui s’ouvre tel les mâchoires d’un prédateur qui chasse les lueurs existantes et s’en empare avec hargne et satisfaction.

 

Follow:
Sharing is caring

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *